… ou la vie d’un Meunier!

 

En 1993, un professeur de mathématiques nommé Richard Garfield invente un jeu de cartes à jouer et à collectionner, ce jeu est: Magic The Gathering.

 

Basé sur un système de cartes à effets comme Illuminati, d’une ambiance à la Donjons & Dragons et d’un système de collection à la Panini, Magic est un jeu à part. Probablement le premier des CCG, il a un succès fulgurant.

Richard Garfield ne reste pas longtemps professeur, il rejoint la société Wizards of the Coast (qui édite Magic) dès 1994 pour y travailler à plein temps.

C’est alors la folie de Magic qui débute.

En 1994, le jeu s’étend non seulement aux US mais également en Europe avec la sortie des 3ème éditions Française, Allemande et Italienne.


 

Je découvre Magic à cette époque, qui deviendra vite un de mes passe temps favoris avec les jeux de rôle.

Au début je n’ai aucune connaissance de la stratégie ni de la valeur des cartes, mes decks sont un simple assemblage de cartes.

Je joue de temps en temps au lycée avec 1 ou 2 joueurs qui m’ont fait découvrir ce jeu.

Je fais bientôt mon premier tournoi, il s’agit d’un Type 2 (premier du nom) et a lieu à la FNAC (oui! oui! vous lisez bien!).

Les éditions autorisées sont alors The Dark, Revised, Fallen Empires et toutes les 3ème éditions.

Il me semble me souvenir que le gagnant du tournoi avait alors un blanc-rouge aggro avec des Eye for an Eye.

La mode s’amplifie. Les magasins de cartes sont dévalisés (A paris: l’Oeuf Cube, Descartes…). Bientôt il n’y a plus d’Arabian Nights, d’Antiquities ni de Legends. Encore moins d’Unlimited. Je rate ces extensions de très peu.


En 1995, Ice Age et Renaissance sont éditées ainsi que la 4ème édition.

Dans les universités parisiennes, c’est la grande mode de Magic. Dans l’université où j’ai suivi mes études, à la cafétéria, il y avait alors 4 tablées de magiciens, et ce, quotidiennement!

C’est à l’université que j’ai rencontré un vrai joueur de tournois qui est devenu mon « Sensei » durant quelques mois. La première fois que nous l’avons vu, il est arrivé avec jeu UW Millstone et nous a tous battus. Il marqua les esprits et on lui donna rapidement le surnom du « Meunier ».

mill

Comprenant immédiatement la puissance de ce deck, je décide de me créer un deck analogue qui deviendra mon deck fétiche et mon type de jeu favori (control).

C’est un Type 2, en plus de Millstone, Swords, Counterspell et Wrath of God x4, il y a également Jester’s Cap mais aussi Land Tax pour avoir de la mana rapidement.

Au début, beaucoup de joueurs rient de voir ce deck: « Comment un deck sans créatures peut-il gagner? »

Et pourtant ce deck gagne encore et encore mais c’est le déni de la part de joueurs qui n’ont pas de notions de stratégie: « Tu as eu de la chance! » est le commentaire que j’ai le plus souvent entendu, je pense.

Fin 1995, je fais mon premier tournoi « officiel » en Type 2 à l’université de la Sorbonne (où était organisé également un tournoi de Warhammer Battle). Je viens avec mon jeu Meule (qui méritait encore d’être amélioré). Les rondes étaient alors en 3 parties (et non 2 parties gagnantes).

Au premier tour je tombe contre un The Deck version Type 2. C’est la première fois que je vois des Mishra’s Factory Antiquities et autres cartes Beta qui me fascinent.

factory

Ses Serra Angel sont facilement contrôlées par les Swords To Plowshares. Je kill son deck à coup de Jester’s Cap (la carte anti The Deck), je l’attaque avec mes Factory et je l’achève en utilisant Icy Manipulator sur City of Brass :))).

Dans les rondes suivantes, je n’ai pas forcément autant de succès. Je joue contre un Reanimator Polar Kraken, un jeu vert Autumn Willow (la plaie cette carte!), un blanc bleu creature-control, un jeu Necro, un rouge blanc casse terrain (et je ne me souviens pas des autres decks…). Au final, je ne me classe pas dans le TOP8 mais pour un premier tournoi officiel, je suis plutôt satisfait.

A cette époque, mon deck ennemi était surtout le jeu Nécro avec 4xNecropotence et 4xStrip Mine. Ma seule chance contre était Land Tax. Le jeu Nécro avait tellement été présent en Type 2 que l’été précédent avait été surnommé le Black Summer aux US.

necro

Parallèlement, mon Sensei m’a fait découvrir d’autres decks: à part Necro, il y a Tax-Edge, Erhanmgeddon, Stormbind, Turbostase…

Moi-même j’initie Magic à nombre de personnes. J’ai montré ou appris Magic à plus d’une cinquantaine de personnes sur les 5 premières années où j’ai joué. J’aurais mérité avoir les terrains du programme Guru!

 

Les gens ne se rappellent jamais de mon prénom, par contre, je joue tellement à Magic et aux jeux de rôle qu’on m’affuble de surnoms tels que « Magicman » ou « Merlin » (qui deviendra plus tard « Myrdin »).

C’est encore la grande époque, je me fournis en cartes auprès des collectionneurs qui étaient sur le parvis de Jussieu. Quelques vendeurs et pas mal d’acheteurs!

Je suis le prix des cartes dans le magasine de jeu de rôle Casus Belli.

casusbelli


En 1996, avec le banissement de Channel, Mind Twist. Et la restriction de Strip Mine et de Black Vise en Type 2, nombre de joueurs commencent à râler.

Les bilands n’ont pas été réédités en 4ème édition et les nouvelles extensions sont jugées particulièrement faibles (Ice Age, 4th edition et la pire de toutes: Homelands…).

Nombre de joueurs arrêtent Magic. Ce n’est plus le jeu qu’ils ont connu.

Alors que Wizards avait gagné beaucoup d’argent jusque là, leur nouvelle stratégie d’éditer des cartes et extensions de plus en plus faibles (+ de bannir des cartes emblématiques) a failli faire péricliter le jeu.

Heureusement, il existe une poignée d’irréductibles dont je fais partie. Je continue mon chemin avec mon jeu Meule et mes quelques autres decks. Je fais un second tournoi à la Fnac où je termine 2ème.

Mais à l’université, il ne reste plus qu’une seule tablée de magiciens au lieu des 4 l’année précédente.

J’achète The Duelist où je découvre les résultats du premier pro-tour.

protour

Et c’est un deck Meule qui a gagné!! (celui de Loconto contre l’Erhnamgeddon de Lestree). Cela me conforte à poursuivre dans cette voie.

locontomill
Decklist de Loconto au 1er protour

 

Dans The Duelist, il y a également la présentation de The Deck de Brian Weissman. Ajouté au deck pimpé de mon Sensei ou aux suggestions d’un autre joueur qui jouait également Type 1, ça me donne des idées pour transformer éventuellement mon deck: aussi j’achète 1 Mirror Universe, 4 Mana Drain et les 4 saisons de Mishra Antiquities, mes premiers très gros achats.

Mirror Universe devient ma win condition en Type 1 (peu de temps car quelques années après, les règles sont revues en profondeur, rendant le Mirror beaucoup moins fort).

manadrainmirror

Eté 1996, Alliances est publiée. Force of Will est alors à 15francs. La carte qu’on espérait avoir n’était pas celle-ci mais plutôt Balduvian Hordes (à tort).

 


[[[Fin 1996, je fais le tournoi de la mort, je me sens obligé de vous faire partager cette expérience…ultime!

La durée des tournois est alors ramenée à 55 minutes (sans tours additionnels) ce qui a raison de mon deck. Effectivement, je gagnais souvent 2-1, or, en 55 minutes, cela devenait mission impossible, pourtant je persiste.

Finalement, je participe à un tournoi qui me dégoutera pendant longtemps!

Organisé en banlieue parisienne, il a lieu sous un chapiteau fourni par la mairie de la ville où est organisé l’évènement.

On s’installe, on commence la première ronde.

Jusque là, tout va bien… le problème est que le chapiteau est également prêté à une représentation théâtrale en même temps. Nous, joueurs, devons faire silence alors que nous sommes en pleine ronde!

Entre les spectateurs du théâtre et les joueurs de cartes, l’ambiance n’est pas au beau fixe et la représentation est finalement arrêtée non sans que nous soyons copieusement insultés par les spectateurs. « Maudits joueurs de cartes! » nous lança une dame.

Nous autres, joueurs, respirons enfin, mais notre calvaire ne fait que commencer. A midi, à la pause (oui il y a eu une pause!!!), la sono est mise à fond avec une musique de bal musette (par vengeance?), impossible de rester sans devenir sourd. Musique horrible à + de 100 décibels!

Vient ensuite en début d’après midi le Schmilblic avec un présentateur passé aux UV qui hurle dans le micro pendant que nous, péniblement, nous continuons d’essayer péniblement de jouer aux cartes.

Qu’est-ce que le Schmilblic, revenons dans un lointain passé>>>>>>>>>>>

 

Vous pensez avoir tout vu? Mais non!!!

En fin d’après midi, alerte à la bombe durant la ronde! Nous sommes obligés d’évacuer en laissant nos decks sur place (sinon on perd la game). Quand je reviens, je vois les arbitres en train d’admirer mon deck « pimpé », le tripotant gaiement.

Coté tournoi, ce n’est pas mieux. Effectivement, avec la durée des rondes diminuée, je me retrouve avec deux match nuls qui auraient dû êtres des victoires 2-1.

Je me souviens de ce joueur qui faisait honteusement du stalling à la dernière game (juste après l’alerte à la bombe) quand il voyait qu’il était en train de perdre. Je meule les dernières cartes de sa library, je dis « à toi ». Au même moment, l’arbitre termine la ronde. Je n’ai pas eu gain de cause malgré mes protestations! Match nul!

Au cours des rondes, j’ai affronté un mono bleu créatures-contres, un blanc rouge casse terrain, un weenie white armageddon, un bleu blanc rouge, un rouge vert aggro, un blanc bleu creatures control.

Je finis sur un  3-2-1 dont deux matchs nuls qui auraient du être des victoires!

C’était la grande époque des turbostase mais à qui la durée raccourcie des tournois a été fatal. Au final, c’est un jeu rouge burn qui a gagné le tournoi.

Seul point positif de ce tournoi cataclysmo-désastreux, j’ai enfin un numéro de DCI (à 5 chiffres).

Toutefois, je décidai de ne plus faire ce genre de tournoi pendant longtemps.]]]

 


Effectivement, suite à ce tournoi horrible, je ne fis plus de tournois à part quelques drafts dans des petites boutiques.

A Jussieu, il n’y a quasiment plus d’acheteurs mais nombre de vendeurs qui finiront par s’effriter eux-aussi, peu à peu.

J’ai toujours mes anciens decks qui sont désormais « old school » comme le jeu Meule, le Tax Edge, le turbo stase ou le jeu Necro que je garde par nostalgie même s’ils ne sont plus à la mode et surtout qui ne sont plus Type 2 (et trop faibles pour gagner en Type 1).

Durant quelques temps, ne trouvant plus de joueurs, j’arrête plus ou moins d’acheter des cartes Magic (à part quelques cartes spécifiques).

J’ai recommencé à racheter des cartes quelques années après quand mes potes se sont tous mis à Magic pour jouer avec moi, durant Ravnica et surtout durant Time Spiral qui a réveillé en moi cet aspect nostalgie: Nostalgic The Gathering.

solakanar
Carte emblématique de Legends rééditée en Time Spiral

Le bloc Time Spiral joue effectivement sur la corde sensible de la nostalgie des premières éditions, évoquant les premiers personnages, clins d’oeil à d’anciennes cartes ou rééditions de cartes mythiques.

Je reprends les tournois mais uniquement les avant-premières. Ainsi je reviens à Chaos Planaire, très bonne extension. Ce retour me porte chance avec 5 victoires sur 5 rondes ce qui me permet de gagner une belle boite de 36 boosters de chaos planaire!!!

Ce nouveau format: 5 rondes, 20€, on repartait avec au minimum 9 boosters (6 construction + 3 dotation), les dotations étaient énormes (trop, ils avaient mal calculé 🙂 )… C’était le bon temps!

La carte en vue était alors Damnation, la réplique de Wrath of God en noir!

Je me rappelle le cri déchirant de ce joueur qui avait ouvert une Damnation à l’AP… et qui avait du la donner à la joueuse en face de lui! (à cette époque on listait les cartes lors des AP et on les échangeait avec un autre joueur, mais il ne semblait pas être au courant).

Je m’étais retrouvé ainsi avec 3 garde d’essence ouvertes par un autre joueur. Les joueurs en face de moi n’en revenait pas. C’était cette petite commune qui me fit gagner dans ce jeu naya que j’avais fait (dans laquelle il y avait également Akroma).

Les avant-premières parisiennes étaient organisées par la FFMTG et se déroulaient alors à l’Espace Charenton sur Paris. Il y avait des centaines de joueurs dans cette salle immense. C’était avant que Wizards décide de transmettre complètement l’organisation des AP uniquement aux boutiques signant la fin de la FFMTG.

Pendant toutes ces années, j’ai continué d’améliorer mes anciens decks avec les nouvelles cartes. J’ai toujours ce jeu Meule qui est devenu au final un jeu Countertop-Miracle, j’ai toujours ce jeu Necro ou ce jeu Tax Edge…


La nostalgie de 93/94 est ravivée par les Suédois durant les années 2010-2015 et prend de l’ampleur sur le net, un format émerge (s’inspirant du Type 1 de 1995), il est nommé Old School.

Le format Old School 93/94

Des tournois sont organisés aux US, en Italie. La mode se propage en Europe.

Enfin, un tournoi est enfin organisé en France à Magic Bazar en 2015.

Particulièrement enthousiaste, je décide d’y participer en y emmenant des potes (à qui je prête un Weenie White et un Rouge Vert aggro).

Chouette! Chouette! Chouette! Je vais pouvoir rejouer mes vieux decks qui trainent dans le placard depuis des années!

Les Fallen étant alors interdites, je décide de reprendre mon bon vieux The Deck (j’ai préféré opté pour The Deck plutôt que Millstone à cause de la durée du tournoi cité précédemment qui m’a laissé un très mauvais souvenir).

Je n’ai alors pas le P9 complet mais je tente le coup quand même. Mon deck est alors une version très similaire de celui de Weissman avec Moat et Serra.

moat

J’avoue avoir alors hésité avec un Lestree Zoo mais je ne pensais pas alors (par méconnaissance du metagame du Old School) que nombre de joueurs, auraient le même deck.

Et effectivement, beaucoup, beaucoup de joueurs avaient The Deck!

1er tour: Je tombe justement contre The Deck. Le joueur essaye de me déstabiliser en appelant l’arbitre pour un oui ou un non. Je finis par perdre face à la Factory. A la game 2, il me sort Shahrazad (carte pur anti jeu!). Je décide de concéder la subgame (le joueur ne savait pas qu’on pouvait le faire mais l’arbitre l’a confirmé). Là, le joueur remélange par erreur sa première main à la bibliothèque. Moi, fairplay, je lui dis que ce n’est pas grave, qu’il reprenne ses cartes (au lieu d’appeler l’arbitre et de le disqualifier ce que j’aurais du faire!). Résultat, il va chercher black lotus, ancestral recall, demonic tutor… pff!

Quand même, tricher dans un format casual et sans enjeux me laisse vraiment perplexe. Cela me servira de leçon pour les prochaines fois!

Les tours suivants, j’affronte un noir pur (victoire), le The Deck-artefacts d’Arnaud (victoire), un bleu rouge arabian (victoire) et un the hive (défaite).

Je fais donc 3w-2l, je suis qualifié en TOP8. En 1/4 de finale, j’affronte un Naya Zoo très agressif. Je perds 1-2.

Sur 6 matchs, j’ai donc affronté 3x The Deck! 😦

Dans ce tournoi, le vainqueur et le finaliste du tournoi avaient The Deck.


Au tournoi suivant à Bazar, début 2016, il y a moins de joueurs (dommage!), est-ce que les joueurs seraient dégoutés de The Deck et du P9?

Étant plus au fait du metagame, j’ai changé mon Deck en le transformant en The Hive (j’ai hésité avec un noir blanc discard vu que Fallen Empires est enfin autorisée.)

abyss

J’affronte cette fois-ci 2xThe Deck (encore), un Underworld Dreams combo d’un Italien, le rouge blanc artefact de Philippe et le Time Vault Twiddle de Raphael de MB.

Je fais au final 2-1-2, je fais encore TOP8. Il n’y a pas de quart de finale, je ne suis pas qualifié pour la suite.

Je suis assez mécontent car j’aurais pu mieux faire (un contresort qui aurait pu me donner la victoire à un moment donné).

Un de mes potes qui est venu avec un noir pur, avec les fallen empires (HTT et Oder of the Ebon Hand) se débrouille pas mal pour son premier Old School. Haunting Wind fait des dégats contre The Deck!

Je savais que j’aurais du prendre ce deck!

Le Vainqueur et le finaliste ont encore une fois The Deck (et ce sont les mêmes joueurs que la fois précédente).


 

Fin 2016, il y a le BOM Eternal Week End.

Le rapport en détail ici: https://myrdinmtg.wordpress.com/2016/11/13/eternal-week-end-paris-2016/

Cette fois-ci je comptais venir avec un noir-rouge discard, ça aurait évité sans doute les matchs nuls. Mais au dernier moment, j’ai repris The Deck, again!

Encore une fois j’ai affronté 2x The Deck.

Sur les 8 finalistes, 5 The Deck et 2 Esper Control (variantes aggro de The Deck)!

the-deck


Voici donc pour ma petite histoire. Une histoire qui m’a conduit de UW Millstone de 1995 à The Deck de 2015, du Type 1 et Type 2 du passé à l’Old School actuel.

L’Old School a ravivé en moi la flamme du Magic primordial.

Le format Old School joue effectivement sur l’aspect nostalgie des premières éditions, sur Magic tel que l’avait voulu Richard Garfield.

Richard Garfield joue lui-même Old School. Il avait participé d’ailleurs aux Nebraska Wars de 2015 en tant que Guest Star. Le vainqueur du tournoi (Martin Berlin donc) avait gagné le droit de l’affronter.

http://www.nebraskaswar.com/it/2015/eventi/old-school-main-event-18/

Ce n’est pas tous les jours qu’on a la chance de jouer contre le créateur d’un des jeux les plus populaires dans le monde.


 

Aujourd’hui, de plus en plus de tournois Old School voient le jour en Europe (UK, Belgique, Allemagne, Italie…). Une communauté parisienne commence à se former et même si nous avons des avis divergents au sujet des limitations, nous sommes tous là pour jouer.

Alors n’hésitez pas, même si vous n’avez pas d’Alpha, même si vous n’avez pas le P9, venez (re)découvrir Magic tel qu’il était à ses débuts, même avec des decks mono ou bicolores!


Pour finir quelques liens communautaires Old School:

France: https://www.facebook.com/groups/973832902627234/

Paris: https://www.facebook.com/groups/1287995447889368/

Europe  https://www.facebook.com/OldSchoolMTG

https://www.facebook.com/groups/338394126221637/?hc_ref=PAGES_TIMELINE

 

Myrdin

😉


Mais je ne pouvais pas vous laisser comme ça.

En bonus, voici ma version Old School de Millstone ici avec The Abyss:

http://tappedout.net/mtg-decks/old-school-93-94-esper-mill/

millstone

Et ici la version de JACO avec Field of Dreams et Moat:

http://www.eternalcentral.com/old-school-magic-93-94-playing-millstone-dreams-control/

La combo Field of Dreams + Millstone  est une combo que j’ai toujours beaucoup aimé et que j’avais ajoutée à mon UW Millstone, elle permet de contrôler souvent ce que pioche l’adversaire. Helas, Field of Dreams étant un Enchant World, elle n’est pas compatible avec The Abyss qui est vraiment supérieure pour contrôler la table et permet d’attaquer avec les Factory contrairement à Moat.

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités